Télésanté, télémédecine : le télésoin rebat les cartes

Télésoin, télémédecine, télésanté

La télésanté, nouveau terme, englobe dorénavant toutes les formes de soin, médicales et paramédicales qui utilisent les nouvelles technologies et en particulier la vidéo transmission.

Télésanté, télésoin, télémédecine : le télésoin a rejoint la téléconsultation au sein de la télésanté. C’est l’émergence du télésoin, ouvert à 18 professions paramédicales qui a nécessité ce changement de terminologie.

Il y a donc maintenant au sein de la télésanté : d’un côté les soins médicaux accessibles en vidéotransmission : c’est la télémédecine. Et d’un autre côté les soins prodigués par 18 professions paramédicales : infirmier, ergothérapeute, diététicien, kinésithérapeute, pharmacien, psychomotricien etc.. : c’est le télésoin.

La télémédecine se décline en téléconsultation, télé expertise, télésurveillance médicale, téléassistance médicale et régulation des urgences

En effet, depuis le 15 septembre 2018, la téléconsultation de médecins généralistes et spécialistes est autorisée. Elle est même encouragée pour lutter contre les déserts médicaux sur tout le territoire français et pour presque toutes les pathologies. Le remboursement par la Sécurité Sociale s’effectue normalement. Notez que la télémédecine utilise des plateformes sécurisées (Doctoconsult – Hellocare – Consulib – Qare etc.).

  • la téléconsultation permet à un médecin de donner une consultation à distance à un patient. Un autre professionnel de santé peut assister le patient au cours de cette consultation.
  •  la téléexpertise permet à un médecin de solliciter l’avis d’un ou de plusieurs autres professionnels plus compétents à partir d’éléments du dossier médical du patient.
  • la télésurveillance médicale permet à un médecin d’interpréter à distance les données nécessaires au suivi médical du patient pour prendre des décisions sur sa prise en charge. Le recueil des données peut s’effectuer par objet connecté.
  •  la téléassistance médicale permet à un médecin d’assister à distance un autre professionnel au cours de la réalisation d’un acte
  •  la réponse médicale aux urgences apportée dans le cadre de la régulation médicale (SAMU).

Le télésoin pour 18 professions paramédicales

Les orthophonistes, les orthoptistes, les kinésithérapeutes, les infirmiers peuvent proposer des séances de rééducation.  Mais aussi les audioprothésistes, diététiciens, ergothérapeutes, psychomotriciens, manipulateurs d’électroradiologie médicale, opticiens- lunetiers, orthopédistes, orthésistes, pédicures-podologues, pharmaciens,  technicien de laboratoire médical….

Dorénavant, les pouvoirs publics souhaitent une utilisation beaucoup plus large du télésoin. Ainsi,  » aucune situation de soins ne peut être exclue, a priori, du télésoin à l’exception des soins nécessitant un contact direct en présentiel avec le patient ou un équipement spécifique, non disponible auprès du patient ».

Cependant, si le télésoin se réalise par vidéo transmission, en période Covid, il pourrait se réaliser par téléphone si le patient ne dispose pas du matériel de communication ou du savoir-faire nécessaire.

Télésanté, télésoin, télémédecine : des conditions de sécurité qui ont valeur de garantie

  • information préalable du patient et consentement clair
  • pour un patient en capacité de communiquer à distance et d’utiliser les outils nécessaires
  •  identification des acteurs de l’acte : le professionnel de santé doit s’authentifier. Il devra disposer si possible, de l’accès aux données médicales du patient nécessaires à l’acte. La vidéo est obligatoire, ainsi que la connaissance préalable du patient par le médecin.
  •  l’acte de télémédecine doit être rapporté dans le dossier médical. Figurera un compte rendu de la réalisation de l’acte, prescriptions médicamenteuses. Mais également, identité des professionnels, date et heure de l’acte, et éventuellement, incident.
  • mais un professionnel ou un proche ou un aidant pourra accompagner le patient car il est essentiel de favoriser son expression et celle de ses proches.
  • cependant, pour les mineurs, la présence des parents est nécessaire

Télésanté, télésoin, télémédecine : les conditions matérielles sont importantes

  • le consultant évitera de tourner le dos au patient et de sortir du champ de la caméra
  • il s’assurera de sa bonne compréhension et de son consentement
  • l’acte a lieu dans un local permettant de respecter la confidentialité et dans des plages horaires fixes
  • mais aussi dans des conditions techniques suffisantes : qualité du son et de l’image, luminosité
  • en particulier, l’intervenant rédigera un compte rendu. Puis, il le transmettra au patient, mais aussi au médecin traitant et aux autres professionnels impliqués dans le parcours de santé.
  • notez que la réglementation est la même que celle régissant les soins en présentiel : respect de la déontologie et de la confidentialité
  • l’assurance maladie rembourse, comme pour un acte présentiel, au moyen d’une autre nomenclature.

Les soins s’intègrent au parcours de soins dont le pivot est le médecin-traitant mais il y a des exceptions. Pour la psychiatrie l’accès au spécialiste peut être direct.

Une téléconsultation peut être réalisée par un praticien privé ou exerçant dans un établissements de santé. Ou dans un centre de santé.

Vous pouvez aussi consulter sur Psyway:

Société Française de Télémédecine http://www.telemedaction.org/

close

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour rester informé de l'actualité de la e-psychiatrie

Donnez votre avis