La téléconsultation dans la pratique médicale courante

La téléconsultation est entrée dans les possibilités courantes de la consultation médicale, à partir du 15 septembre 2018. Elle va permettre à tout professionnel médical, généraliste ou spécialiste, de donner une consultation à distance à un patient dans de bonnes  conditions de sécurité et confidentialité.  Tout assuré, quel que soit son lieu de résidence pourra consulter tout médecin, à l’intérieur de son parcours de soin. Il est guidé par son médecin traitant.

Sans le médecin traitant :

Pour la psychiatrie, le passage par le médecin traitant n’est pas obligatoire.

En effet,  les téléconsultations peuvent être réalisés hors du parcours de soins:
  • pour les patients âgés de moins de 16 ans
  • dans certaines spécialités médicales, gynécologie, ophtalmologie, stomatologie, chirurgie orale et maxillo faciale, psychiatrie et pédiatrie
  • chez les patients qui n’ont pas de médecin traitant désigné
  • ou dont le médecin traitant n’est pas disponible

Utiliser Skype, Facetime, Hangouts?

les avis sont partagés au sein de la profession médicale. Certains considèrent que ces applications ne sont pas forcément suffisamment sécurisées pour offrir une confidentialité absolue. Ainsi, ils préconisent pour que cette consultation doive  passer par une plate-forme sécurisée, respectant le RGPD. En pratique Sype et Facetime sont utilisables pour la consultation. Mais les documents médicaux doivent transiter par une messagerie sécurisée.

La téléconsultation doit être entourée de certaines garanties :

  1. information préalable du patient et consentement « libre et éclairé », le cas échéant de son représentant légal.
  2.  identification des acteurs de l’acte : le professionnel de santé doit être authentifié et disposer de l’accès aux données médicales du patient. Identification du patient et, le cas échéant de l’accompagnant.
  3. utilisation obligatoire de la vidéo transmission: le médecin doit voir le patient (en principe, il a déjà dû rencontrer un fois au cabinet dans les 12 derniers mois)
  4.  l’acte de télémédecine doit être rapporté dans le dossier médical (DMP ), s’il existe.
  5. L’acte de télémédecine sera remboursé par l’assurance maladie si ces conditions sont remplies.Notons que le Conseil d’Etat a confirmé, en juin 2019, le refus de la Sécurité Sociale à la plateforme LIVI, de rembourser des actes proposés directement par les médecins de leur plateforme, hors parcours de soins.

Plateformes de téléconsultation actuellement disponibles:

  • Doctoconsult  
  • Hellocare  sur smartphone Ios et Androïd
  • Livi  sur smartphone Ios et Androïd
  • Quare
  • ….

 Les tarifs sont très variables :

ils vous sont communiqués avant la téléconsultation.

Selon le secteur d’activité du médecin, Secteur 1 ou  Secteur 2, il peut exister un grand écart de prix.

Sur la même plate-forme, vous pouvez choisir votre consultant selon le tarif  qu’il demande.

Vous pouvez aussi consulter sur Psyway:

JO – Arrêté du 1er aout 2018

Dernier document explicatif de la Sécurité sociale: Généralisation de la télémédecine en France:

 

Donnez votre avis