Où est l’information Web sur les troubles psychiques? La cartographie Psycom

internet troubles psychiquesOù est, sur le Web, l’information sur les troubles psychiques ? Par qui est-elle délivrée? Quelle en est la qualité?

À ces questions importantes, Psycom répond par une étude éclairante.

A  la demande de Santé Publique France, l’équipe de Psycom a effectué une enquête approfondie  « afin de mieux répondre à la demande d’information des internautes français sur les troubles psychiques ». Nous donnons un aperçu de cet excellent dossier qui mérite une lecture attentive.

Dossier proposé par Estelle Saget, journaliste spécialisée en santé, et Aude Caria, directrice de Psycom.

Méthodologie de la cartographie Psycom :

1 D’abord cerner le périmètre des troubles psychiques :

  • Il est établi sur la base de la Classification Internationale des Maladies, la CIM 10.
  • Le mal-être ou le bien-être sans trouble caractérisé n’est pas pris en compte.

2 Repérer les besoins des internautes :

3 Puis recenser les acteurs du Web à propos des troubles psychiques :

Plusieurs centaines de sites web délivrant de l’information en français sur les troubles psychiques ont été examinés.

4 Filtrer l’ensemble de ces acteurs du Web selon 6 critères :

  • Accès gratuit
  • Contenus libres d’accès
  • Contenus grand public faciles à comprendre : vocabulaire simple, vulgarisation des informations scientifiques, phrases courtes, durée courte pour les vidéos, exclusion du jargon
  • Audience ou visibilité importante : une position haute dans les résultats sur Google ou Qwant
  • L’absence d’auto promotion et de liens commerciaux
  • L’utilité et l’originalité pour l’internaute français de sites francophones (belges, suisses, canadiens, français)

Résultat : 196 acteurs du web répondent à ces exigences (dont Psyway.fr)

5 Enfin les 196 acteurs retenus sont classés en 10 catégories

  • Acteurs publics institutionnels : 23
  • Acteurs publics type centre de recherche : 6
  • Acteurs privés du secteur associatif/O.N.G. hors associations de patients : 46
  • Acteurs privés du secteur associatif du type association de Patient et de proche : 35
  • Acteurs privés à but non lucratif de l’économie sociale et solidaire (Mutuelle, Fondation, etc.) : 7
  • Médias en ligne : 38
  • Acteurs privés du secteur lucratif hors média en ligne : 11
  • Usagers blogueurs : 15
  • Professionnels blogueurs : 12
  • Acteurs à risques de dérives sectaires : 3

6 Selon l’offre d’information sur chacun des 13 troubles psychiques

Les sites se classent en acteurs pluri-troubles, mono-troubles (addictions, anorexie boulimie, autisme, bipolaire, dépression, dyslexie et TDAH, insomnie, phobie, psycho-traumatisme, schizophrénie, suicide, TOC, troubles anxieux)

En conclusion, au terme de cette analyse, Psycom relève un déficit général d’information et appelle à de nouveaux contenus sur :

  • Les droits des patients
  • Les effets indésirables des médicaments psychotropes et les risques de dépendance
  • Les possibilités de rétablissement (recovery)
  • Le psycho traumatisme

Moins bien documentés, 7 troubles à enrichir pour la période 2020–2022 :

  • Les troubles anxieux
  • Anorexie et boulimie
  • Suicide et pensées suicidaires
  • Dyslexie et TDAH
  • Insomnie
  • Dépression

Pour l’avenir, Psycom propose 11 critères de qualité de l’information en santé mentale :

  • Les sources sur lesquelles s’appuie le contenu sont reconnues
  • Le contenu a été élaboré pour ce site et non seulement relayé d’un autre support
  • Le contenu présente des propos contradictoires sur un même sujet et non une seule lecture des faits
  • L’information est présentée de manière équilibrée entre les différents points de vue
  • Les faits sont clairement distingués des opinions
  • L’école de pensée à laquelle appartiennent les auteurs est mentionnée
  • Les traitements proposés pour un trouble psychique comprennent les médicaments et les interventions non médicamenteuses
  • L’expérience des usagers est présente dans le contenu ou sur le site
  • Les questions de stigmatisation et de discrimination des personnes vivant avec des troubles psychiques sont abordées sur le site
  • Les droits des usagers sont abordés sur le site
  • Le site promeut la santé mentale au sens « prévention« du terme
  • La notion de rétablissement est présente sur le site

Et d’ajouter : « Il n’existe pas de contenu ou d’acteur remplissant l’ensemble des critères. »

Psycom.org sur le gril

Note d’ humour, les rédactrices passent au gril le site Psycom.org : il obtient la note de 8/11. Bravo!

Source

Rapport Internet et Santé Mentale de l’Observatoire « Vie Numériques » du Centre de Référence en Santé Mentale– CRéSAM (Belgique, nov. 2018)

Souffir V., Gauthier S., Hayat M., Internet s’invite dans la consultation psychiatrique. L’information psychiatrique vol 96 n°5, mai 2020


Sur Psyway

Donnez votre avis