Le télésoin

soin à distanceUne nouvelle forme de soins à distance, le télésoin figure dans l’avant-projet de loi « Ma santé 2022 ».

Jusqu’ici, toute la gamme des activités possibles à distance par vidéo transmission était réservée aux médecins :

Ces activités étaient contenues dans le cadre légal de la Télémédecine officialisé par le décret du 19 octobre 2010.

Avec le télésoin, c’est un nouveau champ du soin à distance par vidéo transmission qui s’est ouvert pour les auxiliaires médicaux. Il fera l’objet d’un remboursement par la sécurité sociale qui sera précisé ultérieurement.

Ainsi, pratiqueront le télé soin :

  • Le pharmacien qui assiste un patient lors d’une télé consultation avec son médecin
  • Les orthophonistes et les orthoptistes qui pourront proposer des séances de rééducation
  • Quand aux infirmiers (e), pour l’instant, on sait qu’ils pourront « accompagner les patients pour les effets secondaires des chimiothérapie orales ».
  • Ce champ d’application semble pour l’instant très étroit : son élargissement est très probable.

Changement de dénomination

Le nouveau terme officiel de télé santé regroupera les activités à distance de l’ensemble des professions :

  • télémédecine pour les médecins
  • télésoin pour les auxiliaires médicaux.

Origine : Canada

Ce pays est un pionnier en matière d’innovation de santé. Comme l’indique le Dr Pierre Simon, au Canada, la pratique du télésoin est extrêmement étendue : surveiller l’état de santé d’un patient à domicile, orienter un patient, lui donner des renseignements sur son maladie et sur ses examens de laboratoire, évaluer une situation clinique en utilisant des questionnaires ou des protocoles normalisés, aider des personnes en situation de détresse etc.

Et pour la psychiatrie ?

Le programme Étapes a complètement laissé de coté la possibilité d’expérimentation en psychiatrie. Pourtant, on pourrait imaginer toute l’aide que peut apporter par vidéo transmission, un(e) infirmière expérimentée en psychiatrie à un(e) patient(e) en difficulté à son domicile :

  • évaluation de son état actuel et de l’urgence éventuelle,
  • coordination des rendez-vous médicaux et paramédicaux,
  • suivi du traitement médicamenteux et adaptation de la posologie
  • et certainement beaucoup d’autres services.

Cette forme de soins à distance nous paraît potentiellement très riche. D’autant que le patient en soins psychiatriques peut avoir des difficultés de contact, de déplacement, d’auto évaluation de son état physique et mental.

Les professionnels doivent mettre tout en œuvre  pour réduire son isolement, le rassurer et le guider et éviter les rechutes et apporter des éléments d’éducation thérapeutique.

 

 

Donnez votre avis