Buspirone- Buspar®- anxiolytique


buspirone, anxiolytique
La buspirone est un médicament anxiolytique non benzodiazépine. Connue initialement sous le nom Buspar®, la buspirone n’existe plus que sous forme de médicament générique.

 

 

On utilise la buspirone

  • pour traiter des symptômes anxieux réactionnels ou plus durables
  • On l’utilise également pour traiter l’anxiété résiduelle, si elle persiste lors du sevrage des benzodiazépines (BZD)

A la différence des benzodiazépines, la buspirone ne présente pas d ‘effet myorelaxant et anticonvulsivant

Cette fiche Médicaments est une information. Elle ne remplace pas la prescription par votre médecin.

Forme pharmacologique de la buspirone

  • Comprimés sécables à 10 mg sécables
  • On commence le traitement par ½ comprimé 3 fois par jour
  • La posologie habituelle est de 15mg-20mg par jour.  La posologie maximale est de 60 mg par jour. en en 3 prises quotidiennes
  • Le médicament est éliminé rapidement de l’organisme, aussi le prescrit-on en 3 prises quotidiennes

Délai d’efficacité du médicament

  • L’effet thérapeutique de la buspirone se manifeste assez lentement, en 3 semaines environ. Il est fonction de la sensibilité au produit de chaque personne, et des doses prescrites. Par conséquent, il faut laisser au traitement le temps d’agir.
  • Ainsi, Lors du sevrage des benzodiazépines (BZD), il faut introduire la buspirone 15 jours ou 3 semaines avant le sevrage de la benzodiazépine. Le sevrage de celle-ci sera ensuite très progressif, en respectant les règles habituelles. En effet, la buspirone n’évite pas les éventuels symptômes de sevrage de la benzodiazépine

 

La durée du traitement

On prescrit la buspirone pendant 4 à 6 semaines en moyenne pour une anxiété réactionnelle. Mais une anxiété généralisée par exemple peut rendre nécessaire un traitement plus prolongé. Dans ce cas, on recommande la consultation d’un psychiatre.

Principaux éléments à surveiller

  • La surveillance du traitement porte sur l’anxiété, d’éventuels effets indésirables
  • L’état hépatique, rénal, l’âge doivent être pris en compte. Il existe en effet des contre-indications et des précautions d’emploi. Le médicament est contre –indiqué
    • En cas d’hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients
    • Et en cas d’épilepsie, d’insuffisance rénale ou hépatique sévères.
  • En cas d’insuffisance rénale ou hépatique modérées : si le médicament est indispensable, le médecin prescrira prudemment des doses plus faibles, en 2 prises quotidiennes
  • Une prudence est recommandée en cas de myasthénie grave, de certains glaucomes.

Effets indésirables, conseils d’utilisation

  • La buspirone est généralement bien tolérée. Les effets indésirables les plus fréquents sont les maux de tête, les vertiges, une somnolence, surtout lorsque la posologie excède 20mg par jour.

Une lise des effets indésirables courants et des réponses à y apporter se trouve sur la page dédiée du réseau PIC . Une liste exhaustive figure sur la base de données publiques des médicaments

Grossesse et allaitement

Les études ne relèvent aucun élément inquiétant sur la buspirone en cas de grossesse. Cependant, d’autres produits mieux connus sont davantage recommandés

  • Projet de grossesse : essayer de changer de médicament
  • Si une grossesse survient sous traitement : n n’arrête pas la buspirone brusquement, car il n’y a pas de risque de malformation. Si possible, essayer de changer de médicament
  • L’allaitement est déconseillé

Des indications détaillées sont accessibles sur la page dédiée du Centre de Référence des Agents Tératogènes.

Association à d’autres produits ou médicaments

  • Les prises d’alcool, de drogues entraînent des risques de de sédation excessive, de vertiges, ou même de confusion, en fonction de la dose prescrite, de l’âge.
  • L’association avec d’autres médicaments psychotropes peut également accentuer les effets indésirables de la buspirone Il est donc impératif de suivre les conseils de votre médecin.
  • Il existe quelques associations médicamenteuses déconseillées ou nécessitant des précautions d’emploi, peu nombreuses
  • On doit prendre en compte certaines associations, comme les médicaments agissant sur la sérotonine, le millepertuis.
  • Le jus de pamplemousse, le diazépam augmentent les effets indésirables de la buspirone.

Une liste détaillée des interactions médicamenteuses figure sur la base de données publiques des médicaments

Conséquences possibles de l’arrêt non contrôlé du traitement

  • La buspirone ne donne en principe pas de dépendance médicamenteuse, et donc pas de symptômes de sevrage.
  • Cependant, l’arrêt doit être progressif, en accord avec votre médecin. En effet, l’arrêt peut montrer des symptômes persistants d’angoisse si aucune autre thérapeutique n’a été instaurée en relais (antidépresseur IRS par exemple).

Pour ne pas oublier votre médicament

  • Il faut être attentif,
  • Ou utiliser un semainier, ou une alarme de votre smartphone
  • Vous pouvez aussi télécharger une application gratuite type Mytherapy ou Médisafe.

 

Notre avis sur la buspirone

  • On prescrit la buspirone dans des situations d’anxiété chronique. Son efficacité serait peut-être inconstante, moins immédiate et plus difficile à obtenir que pour d’autres médicaments anxiolytiques. Par contre, elle ne donnerait en principe pas de dépendance en cas d’utilisation prolongée, Il faut respecter les contre-indications, et ne pas associer à l’alcool, aux drogues.

Recommandations importantes sur les médicaments psychotropes

Dans Psyway

Psyway n’a aucun lien d’intérêt avec les laboratoires pharmaceutiques

close

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour rester informé de l'actualité de la e-psychiatrie

Donnez votre avis