La télé-expertise

La télé-expertise va permettre que deux médecins se concertent plus facilement au sujet d’un (une) patient (e), de son diagnostic et de son traitement.
A partir de février 2019, la télé – expertise permettra à un médecin de consulter un confrère afin d’échanger sur le cas d’un patient.

Elle peut impliquer un médecin généraliste et un autre spécialiste mais aussi deux médecins spécialistes qui ont besoin d’échanger sur un diagnostic, une lecture d’analyses ou la pertinence d’examens complémentaires afin de décider du traitement le plus adapté.

Qui est concerné ?

Dans un premier temps elle sera réservée aux patients :
  • en affection longue durée (ALD),
  • atteints de maladies rares comme, par exemple, la mucoviscidose ou l’hémophilie,
  • résidant en zones dites sous denses  et dès lors qu’ils n’ont pas de médecin traitant ou rencontrent des difficultés à consulter rapidement,
  • résidant en établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) ou dans des structures médicosociales,
  • détenus
Elle sera élargie à tous les patients à partir de 2020.

Comment sera t elle réalisée ?

Contrairement à la téléconsultation, la télé – expertise n’exige pas un échange vidéo. C’est un échange en direct ou en différé entre deux médecins, via une messagerie sécurisée.

Elle permet d’examiner le dossier d’un patient, en disposant des données médicales utiles (clichés, tracés, analyses) transmises au confrère. Elle devrait lui  éviter de subir des délais d’attente souvent incompatibles avec ses besoins de santé.

Informelle, actuellement,  elle sera désormais tracée, inscrite au dossier (DMP s’il existe).

Consentement

Comme pour tout acte de télémédecine, le médecin demandant une télé – expertise préviendra le patient afin de recueillir son consentement, dans le respect absolu de sa liberté de choix.

Combien coûtera -t elle ?

La télé – expertise sera  facturée afin de valoriser le temps médical qui permet d’assurer une prise en charge plus rapide et plus pertinente des patients. Les médecins qui auront recours à la télé – expertise seront rémunérés par l’Assurance – Maladie mais cet acte ne sera pas facturé au patient concerné.
Il retrouvera trace de cet acte dans son décompte sur son compte ameli.
L’accord prévoit deux niveaux de tarifs selon la complexité du dossier du patient– donc le
niveau de l’expertise réalisée et selon sa fréquence.
  • Le 1er niveau de télé-expertise sera rémunéré 12 € pour le médecin sollicité, par exemple pour la lecture d’un fond d’œil ou d’un cliché (dans la limite de 4 actes par an et par médecin, pour un même patient).
  • Le second niveau de télé-expertise sera rémunéré 20 € pour le médecin sollicité par exemple pour la surveillance d’une plaie chronique en voie d’aggravation ou le suivi d’évolution d’une maladie inflammatoire chronique intestinale ou rhumatologique (dans la limite de 2 actes par an, par médecin, pour un même patient).
  • Le médecin qui sollicite un confrère sera également rémunéré par l’Assurance Maladie car il favorise la coordination des soins autour du patient : 5 € par télé-expertise de niveau 1, et 10€ par télé-expertise de niveau 2 (dans la limite de 500 € par an).

Des consultations matérialisées par un compte rendu

Que ce soit en téléconsultation ou en télé-expertise, un compte-rendu sera transmis au
médecin demandeur qui l’ajoutera au dossier du patient, voire dans son Dossier Médical
Partagé s’il en possède un.
Source : Résumé d’un texte diffusé par Ameli.fr

Donnez votre avis