L’insomnie et les conditions du sommeil

L’insomnie se caractérise par la difficulté à dormir suffisamment pour que le sommeil soit réparateur.

Elle pose problème lorsqu’elle entrave les activités de la vie courante. Les symptômes les plus courants sont :

  • la somnolence,
  • une moins bonne attention,
  • la fatigue
  • l’irritabilité
  • la consommation de somnifères

La durée nécessaire de sommeil varie d’un individu à l’autre : certaines personnes dorment naturellement peu d’heures sans répercussion néfaste : elles ne sont donc pas insomniaques.

Qu’est ce que l’insomnie par mauvais conditionnement?

L’insomnie dépend beaucoup des conditions habituelles dans lesquelles on cherche à s’endormir. Ces habitudes peuvent créer un mauvais conditionnement dont il faut prendre conscience. Avant de le modifier..

C’est l’insomnie des mauvaises habitudes

  • Refuser de tenir compte de l’envie de dormir qui survient chez chacun le plus souvent entre 21h et 23h. Le sommeil évolue par cycles et si on manque le premier cycle on entre dans une période réfractaire au sommeil jusqu’au prochain cycle 2h ou 3h plus tard..
  • S’attarder sur diverses activités (écrans, tablettes au lit, éclairage excessif par LED, jeux video, télévision..)
  • Maintenir une excitation psychique en abusant des réseaux sociaux et de l’interactivité forte qu’ils suscitent : lire est préférable
  • Abuser de café et / ou d’alcool qui assomme mais désorganise le sommeil

Ou encore à la suite de circonstances particulières :

  • Longue période de travail de nuit
  • Surveillance nocturne d’un parent malade
  • Difficultés professionnelles durables
  • Tension musculaire permanente, douleur
  • Cauchemars répétés
  • Exercice physique intense dans la soirée et douche chaude

Le sommeil devient alors un souci, voire une phobie : tard dans la nuit, il est activement recherché et il survient finalement par épuisement.

Voici quelques pistes pour améliorer votre sommeil

Des traitements non médicamenteux:

  • Suppression des excitants au delà de 14h
  • Réduction ou suppression de l’alcool qui désorganise le sommeil
  • Rétablissement d’un rituel du sommeil avec lecture et sans écran au lit ou dans la chambre
  • Chambre fraiche et obscure
  • Relaxation (alternance détente / contraction des muscles)
  • Training autogène (exercice mentaux, lourdeur, chaleur..)
  • Restriction du temps passé au lit
  • De nombreuses applis proposent des exercices de relaxation utiles : il faut trouver celle qui vous convient.  Mon coach sommeil , Healthmate…
  •  ou d’un objet connecté: Dodow

Mais dans les situations trop durables et rebelles, un appoint médicamenteux provisoire est possible. Il doit être adapté à l’origine du trouble. Ce n’est pas forcément un somnifère.

Beaucoup d’explications et de conseils sur le  Réseau Morphée

Mesurer votre propension à la somnolence

Demandez conseil à votre médecin.

Donnez votre avis