Voies actuelles de la E-psychiatrie

Quels sont les signes d’une entrée, encore timide,  des concepts et moyens de la E-santé dans la psychiatrie?

Plusieurs champs se développent :

  • L’utilisation d’applis qui procurent aux personnes des informations d’auto-diagnostic et de début de traitement pour des troubles fréquents: l’angoisse, les troubles de l’humeur, les troubles des conduites alimentaires. Plusieurs applis proposent un suivi de ces troubles et l’utilisation par l’internaute des moyens thérapeutiques autonomes (relaxation, méditation, TCC…)
  • L’essor prochain de la téléconsultation  qui permet depuis le 15 septembre 2018, une consultation complète voire répétée, en vidéo avec un psychiatre
  • L’évaluation et le suivi des addictions les plus fréquentes en psychiatrie, cannabis, alcool…
  • La prévention du suicide, véritable fléau de notre société, condensé dramatique de multiples motivations qui aboutissent au passage à l’acte.
  • L’information sur les médicaments, comme dans tous les domaines de la médecine, participe à une certaine éducation thérapeutique, de la personne souffrante. Cette information peut permettre d’enrichir et de préciser les échanges avec le médecin concerné.

Le but principal est de permettre une prise de conscience des troubles, une information et un début d’auto prise en charge.

L’usage de plus en plus fréquent du mobile dans le cadre des soins, donne naissance à de nouveaux termes: M-santé, M-psychiatrie, le M signifiant Mobile.

Quelques applis psy:

Bloom-up      Stopblues   Emoteo

Blue Buddy     Alix et moi  

L’utilisation de plus en plus répandue des Smartphones, y compris dans les populations réputées peu  équipées, devrait permettre un essor importants de ces moyens.

Sources:

  • Aimé X. Tour d’horizon de la m-psychiatrie L’Information Psychiatrique 2018.94 (1); 47-52 dci.1684/p2018.1740
  • Verpeaux Michel, De la E-psychiatrie à la M-psychiatrie, L’Information Psychiatrique 2016-6

 

 

Donnez votre avis