Société Psychanalytique de Paris : les Conférences Sainte-Anne en visio conférence

Conférence de Sainte-Anne–vidéo conférenceLes « Conférences de Sainte Anne de la Société Psychanalytique de Paris » connaissent cette année une affluence record.

La visioconférence, rendue indispensable par la pandémie Covid 19 a ainsi permis de toucher un public nombreux et varié sur un thème controversé : le TDAH.

Depuis de nombreuses années, ces rencontres régulières explorent l’interface entre la psychiatrie et la psychanalyse à partir d’une pratique clinique. Un auteur, psychiatre ou psychanalyste, vient présenter son travail ou une publication. Puis il échange avec les organisateurs et le public.

Ces conférences sont d’accès libre et toute personne intéressée peut y assister.

Sur le thème du TDAH (Trouble Déficit de l’Attention avec Hyperactivité)

En octobre, les organisateurs, membres de la Société Psychanalytique de Paris, (Dr Bénédicte Bonnet-Vidon, Mme Charlotte Costantino et le Dr Laurent Muldworf) ont invité Madame Sylvie Reignier, psychologue, psychanalyste de la SPP, à faire une conférence sur le thème :

Enfant agité, enfant instable, enfant dans la lune : les défenses précaires des enfants dits « TDAH »

Avec 1392 pré-inscrits et 590 personnes effectivement connectées, tous les records d’affluence ont été battus.

pour des réunions qui, habituellement, dans l’amphithéâtre du GHU Sainte-Anne mis à disposition par le Pr Raphaël Gaillard ne pouvaient pas rassembler plus de 100 personnes. Plusieurs nationalités étaient représentées dans ce public en ligne : Maroc, Tunisie, Algérie, Canada, Syrie. Mais aussi des régions et des DOM-TOM (La Réunion).

L’intérêt pour la psychiatrie et pour la psychanalyse françaises se manifeste dans cette affluence ainsi que le montre aussi le nombre et la variété des questions transmises par chat. Cela permet aux organisateurs de synthétiser les questions et d’offrir un débat encore plus riche qu’en présentiel où parfois les participants n’osent pas poser leurs questions.

Deux citations encadrent le texte de la conférence de Sylvie Reignier

  • De nombreux cliniciens qui reçoivent beaucoup d’enfants dits TDAH insistent sur le caractère mouvant et complexe des tableaux cliniques rencontrés, et ils invitent à la prudence devant les raccourcis théoriques et les mises en boite simplificatrices. Je citerai par exemple une déclaration du professeur Mouren-Simeoni :
    « Aujourd’hui, personne ne peut se prévaloir d’avoir compris l’articulation des mécanismes de l’hyperactivité, qu’ils soient neuro-chimiques ou environnementaux au sens large, c’est-à-dire intégrant par surcroît l’anté-natal.
    « Chaque fois que vous lisez des choses catégoriques à ce sujet, – fermez le livre ! »

 

  • « Les désordres psychomoteurs, dans leur ensemble, oscillent entre le neurologique et le psychiatrique, entre le vécu plus ou moins voulu et le vécu plus ou moins subi, entre la personnalité totale plus ou moins présente et la vie plus ou moins jouée ; nous croyons toujours que la double polarité que nous avons décrite dans l’instabilité psychomotrice reste encore valable d’un point de vue heuristique et qu’elle est valable dans le cas des syndromes hyperkinétiques. » Pr De Ajuriaguerra

Le numérique rapproche un public éparpillé mais avide d’une psychopathologie nuancée

Si on peut imputer au numérique bien des inconvénients, on voit dans cet exemple combien il peut accroitre l’audience d’un travail de recherche, nuancé, élaboré, ne se prêtant pas aux raccourcis, riche de références et comment il permet à des psychanalystes de faire part de leur expérience.

C’est bien l’objet des Conférences de Sainte-Anne, de sensibiliser un public large à l’éclairage psychanalytique. Ce thème controversé se prêtait parfaitement à cette approche. La visioconférence, une fois que l’auteur a pris la précaution de modifier suffisamment le matériel clinique pour qu’il ne soit pas reconnaissable, permet d’aller à la rencontre d’un public éloigné de la psychanalyse.

Programme des prochaines Conférences de Sainte-Anne

Lundi 14 décembre à 21 h : Marie-Hélène HUET,  » Regard de psychanalyste sur les douleurs chroniques à l’adolescence »

Lundi 11 janvier à 21 h : Philippe ROBERT,   » Penser l’Inconscient dans l’Institution »

Lundi 8 février à 21 h : Catherine DUCARRE  » L’institution poste- frontière »

Lundi 8 mars à 21 h : Christophe FERVEUR  » Troubles adolescents : le modèle de la consultation psychanalytique limitée dans le temps »

Lundi 12 Avril à 21 h : Geneviève WELSH : « La vie psychique, quand la mort est imminente »

Lundi 14 juin à 21 h : Alain GIBEAULT :  » Indications et processus dans le psychodrame psychanalytique individuel des patients psychotiques »

Avec la participation du Dr B. Bonnet-Vidon

Donnez votre avis