Relation de la famille au patient – Schizophrénie COP 13 – 24

La famille de la personne schizophrène répond, s’adapte et selon les cas, s’implique dans l’évolution des difficultés du patient.

Il arrive qu’on perçoive une participation inconsciente du psychisme des parents, les troubles étant entretenus par les besoins inconscients d’un membre de la famille.

Parfois la famille se protège voire s’éloigne lorsque les souffrances et les tensions sont trop fortes ou quand elles durent trop longtemps sans s’améliorer.

1    Intrusion tyrannique

2    Recherche de symbiose – Collage

2    Recherche de symbiose – Collage

2    Recherche de symbiose – Collage

3    Paradoxalité

4    Mise à distance défensive

5    Bonne distance apparente

6    Différenciation – Personnation

7    Impossible à préciser

Cet item était nommé : « Caractéristiques de la relation de la famille au patient  »   dans l’ouvrage Évaluer les psychoses avec la Cop 13 – Une Clinique Organisée des Psychoses – Éditions Dunod – 2011

Donnez votre avis