Équilibre psychique et relation à la famille-Test Cop-U-Thème 23

L’équilibre psychique influence les relations avec la famille, et souvent avec l’entourage en général.

Les troubles dépressifs ou bipolaires, les troubles psychotiques, la jalousie pathologique, les conduites addictives, etc.  peuvent perturber de façon très importante les comportements, les attitudes envers la famille. Il peut s’agir de

– De repli, de retrait, de difficulté de contact

– D’attitudes agressives, tyranniques, violentes, fusionnelles par exemple.

De telles attitudes entraînent souvent des réactions de l’entourage, à l’origine de certains cercles vicieux relationnels. Parfois aussi, les troubles accentuent des troubles relationnels qui existaient auparavant.

Ai-je l’impression que les difficultés de relation sont à cause de mon attitude? Ou au contraire il me semble que c’est à cause de l’attitude ou des paroles de ma famille… Ou peut-être est-ce à cause des deux. Il est parfois très difficile de trouver une réponse à ces questions…

Ces relations perturbées évoluent-t-elles dans le temps ?

Le thème 23 décrit la relation, l’attitude que j’ai envers les personnes de ma famille

Comment utiliser les les lignes qui suivent ? Je reconnais mon attitude à l’égard de ma famille plutôt dans l’une des lignes A, B, C, D, E, ou F? D’autres situations sont possibles: c’est le sens de la ligne G. Dans ce cas, faites part à Psyway de votre expérience, afin d’améliorer ce thème 23

A) Trop autoritaire, tyrannique, intrusif et  B) Fusionnelles

Quelques exemples d’attitudes A  et d’attitudes B

A) Mes attitudes envers la famille sont autoritaires, tyranniques, intrusives

– J’ai tendance à imposer mes idées, mon mode de vie à mes proches, parfois en les menaçant

– J’ai tendance à ne pas les écouter

– Je leur demande, parois j’exige de l’argent,

– Je veux qu’on me réponse au téléphone de nombreuses fois par jour

B) Fusionnelles :

– Volonté que quelqu’un de la famille soit toujours avec moi,

– Volonté d’être toujours avec ma famille (ou : avec ma mère, mon père, etc…)

– Volonté que quelqu’un de la famille s’occupe de tout à ma place (repas, linge, etc)

C) Distance défensive: je me tiens à distance de ma famille

– Je préfère  me tenir à distance, sinon ça se passe mal

– Ça me soulage que mes parents aient déménagé loin d’où j’habite

– Je préfère rencontrer mes proches en présence de tiers (les soignants par exemple), sinon, ça se passe mal.

D) Paradoxales :

– Je veux une chose et son contraire : par exemple qu’ils soient là, mais s’ils sont là, très vite je ne supporte plus

– Je ne veux pas qu’on se mêle de mes affaires, même si ce sont mes parents qui doivent intervenir parce que je ne paie pas mon loyer… C’est leur affaire, après tout…

E) Bonne distance  F) Autonomie de chacun et  G) Indécision

E) Bonne distance

– On se voit de temps en temps, ça me suffit, et à eux aussi apparemment

– En gardant nos distances, ça se passe bien, les échanges sont meilleurs

F) Autonomie de chacun

– Chacun a sa vie, on se voit, on partage certains moments, ça se passe bien

G) Indécision: je ne sais pas quoi dire : ce n’est pas clair, cette question de mon attitude vis-à-vis de mes parents

ou bien: c’est autre chose que ce qui est décrit dans le thème: je fais une suggestion, ou des suggestions à Psyway.

1 Commentaire

Participez à la discussion et dites-nous votre opinion.

Schizophrénie : violence contre la famille – Évaluation Cop 13 – Psywayrépondre
4 avril 2020 à 15 h 59 min

[…] Attitudes envers la famille […]

Publier une réponse