Catégorie / POUR LES USAGERS ET LES AIDANTS / Un outil d'auto-observation : la COP-U / Solidité ou fragilité de l'équilibre psychique

Solidité ou fragilité de l’équilibre psychique

Le plus souvent, un trouble psychiques entraîne un sentiment de perte de solidité, une fragilité de l’équilibre psychique. Ainsi, la personne qui en souffre vit plus difficilement les stress habituels de la vie quotidienne (travail, relations…), les affronte maladroitement, les évite. Mais elle vit tout cela dans son intimité. Cependant, en même temps, l’entourage ressent, parfois fortement, le malaise de celle-ci.

Aussi, malgré leur affection, les proches peuvent en venir à exprimer une souffrance personnelle dans cette situation. Surtout face à un repli durable, à l’agressivité, ou en cas d’addiction, de délires. Ainsi, la réaction de l’entourage constitue un témoignage indirect de l’intensité de la souffrance vécue par la personne qui va mal.

Plus l’équilibre de la personne est défaillant, plus l’entourage doit intervenir pour maintenir un certain équilibre de vie. Cela s’observe aussi dans toutes les situations de soins médicaux,

Ainsi, dans certaines situations, c’est surtout la mobilisation de l’entourage, les conflits, qui témoignent de l’importance de la perte de solidité, de la fragilité de l’équilibre psychique. Cela s’observe en cas de déni de la maladie par exemple.

Notons enfin que la fragilité psychique crée une situation de grande dépendance à l’environnement. Ainsi, les progrès, les changements sont difficiles à envisager (thème 13).