Capacité aux loisirs – Schizophrénie COP 13 – 22

La possibilité d’avoir des loisirs, de se distraire de ses préoccupations est le signe d’une liberté intérieure nouvellement conquise.

Lire à nouveau, regarder un film, sont le signe d’une énergie interne libérée des contraintes pathologiques. Ce plaisir peut aussi être partagé avec les autres. La participation à des activités d’ergothérapie, à un club thérapeutique, à une association, à un Groupe d’Entraide Mutuelle est un atout précieux dans le rétablissement.

1 Lit des romans

2 Loisirs associatifs – Club sociothérapique – Loisirs accompagnés

3 Loisirs organisés par la psychiatrie

4 Absence de loisirs ou refus

Cet item était nommé : « Loisirs »   dans l’ouvrage Évaluer les psychoses avec la Cop 13 – Une Clinique Organisée des Psychoses – Éditions Dunod – 2011

Donnez votre avis