Appli Bloom-Up

Bloom-up est une application destinée aux personnes souffrant d’un état dépressif d’intensité moyenne ou légère ou craignant d’être déprimées.

L’appli ne remplace pas les soins médicaux mais vient les compléter. Elle permet d’engager un début d’auto-prise en charge en attendant la consultation auprès d’un médecin généraliste ou d’un spécialiste.

  • 1ère étape: l ‘auto évaluation
    Évaluation quotidienne du sommeil, de l’anxiété et de l’humeur à l’aide d’une échelle visuelle analogique.
    Évaluation toutes les semaines des autres symptômes de dépression
  • 2ème étape: informations sur les troubles dépressifs : ce sont des informations simples et actualisées sur les symptômes, les connaissances scientifiques actuelles et les traitements. Ces informations complètent celles qui peuvent être données, souvent de façon partielle, dans une consultation toujours trop courte

Bloom-Up propose surtout des outils psychothérapiques dont le patient peut faire usage immédiatement, basés sur les thérapies cognitivo-comportementales (TCC).

On conseille une pratique de 15 à 20 minutes par jour :
– une reconnaissance des distorsions dépressives de la pensée,
– des tâches quotidiennes à accomplir pouvant procurer une sensation agréable,
– des exercice de mindfullness ou méditation en pleine conscience,
– des exercices de remédiation cognitive.
Dans la journée, le patient reçoit un message d’encouragement et accède à de nouveaux exercices de relaxation et à des conseils.

De plus l’appli propose une fonction agenda, un rappel de rendez-vous, un rappel de prise de traitement, un espace de notes personnelles.

L’appli Bloom-Up n’est pas directement téléchargeable. Son obtention passe par une demande du médecin sur le site de l’application.
Cela donne accès, du côté du médecin au dispositif d’aide à la décision thérapeutique et du côté du patient à l’application Bloom-Up avec son éventail d’activités et d’information.

Sources: Dr Lila Mekaoui et Dr Anne-Sophie Lombardi E-santé dans la dépression: l’application mobile Bloom-Up, L’Information psychiatrique 2017;93 (8) 654-9

Donnez votre avis